Accueil Investir Est-il vraiment risqué de vendre un logement viager ?

Est-il vraiment risqué de vendre un logement viager ?

Le viager est un concept immobilier qui constitue un véritable besoin pour les personnes âgées. En effet, cela permet de rester dans son logement tout en bénéficiant d’un complément de revenu et d’un certain capital. Les vendeurs déclarent donc à vivre chez eux et cet investissement peut être une solution pertinente pour développer son patrimoine. Cependant, y a-t-il des risques à cela ? 

Comment vendre un logement en viager ? 

La vente en viager offre plusieurs bénéfices, à l’acheteur comme au vendeur. Toutefois, pour ce faire, il convient de se poser les bonnes questions et de suivre convenablement les démarches. 

En quoi consistait la vente en viager ? 

La vente en viager est le fait de vendre un logement tout en conservant le droit d’usufruit sur le bien en question. C’est l’acheteur qui est chargé de verser une rente au vendeur, qui lui, perçoit alors des revenus. Ainsi, il peut continuer de vivre dans son logement s’il le souhaite, jusqu’à son décès. 

À ce moment-là, l’acheteur est en mesure de cesser le versement régulier et ainsi, devient propriétaire du logement. Il pourra ainsi l’occuper à son tour. Toutefois, avant d’envisager ce type de démarche, il est crucial de considérer certaines démarches. 

Par exemple, le vendeur peut envisager de vivre dans le logement ou non. De cette façon, on parle de viager libre ou occupé. Le vendeur perçoit le bouquet, qui correspond à la somme de départ. Ensuite, est remis à l’acheteur une rente périodique effectuée à la signature du contrat, jusqu’au décès du vendeur. 

Afin de communiquer comme il se doit sur la vente, il est important de bien s’entourer. Le vendeur va bénéficier de quelques avantages fiscaux sur la rente. 

Faut-il vendre en viager libre ou en viager occupé ? 

Pour cette problématique, il faut en premier lieu savoir si l’on souhaite occuper le logement ou non. Dans la mesure où le vendeur désire rester dans le logement, on parle logiquement d’un viager occupé. Ce genre de vente est le plus commun. Le logement n’est alors disponible que lors du décès du vendeur. Ainsi, le montant de la rente est plus faible. 

A voir:  Loi Pinel à Angers : en quoi consiste ce dispositif ?

Dans le cas où le logement est libéré par le vendeur, on parle de viager libre. L’acheteur est libre de décider s’il souhaite s’y installer ou non. Ici, la rente sera plus élevée. Attention, avant de s’engager dans ce type de vente, parlez-en avec vos enfants.

Quels sont les principaux risques de vendre un logement viager ? 

Le principal risque de ce type de vente est que l’investisseur sera contraint de verser une rente relativement élevée, liée au risque de longévité. Dans le cas où le vendeur vit plus longtemps que ce qui est espéré par l’acheteur, il ne s’agit pas d’une bonne affaire pour l’investisseur. 

Il est donc recommandé d’opter pour la vente d’un logement auprès d’une personne bien plus âgée que vous, autrement dit une génération d’écart. En effet, l’objectif est d’éviter de payer une rente une fois que vous serez retiré. 

L’investisseur peut limiter ce risque de longévité, dans la mesure où il investit dans plusieurs logements de cette façon. Donc, opter pour une certaine diversification peut vous offrir plusieurs avantages. Ce type de fonds peut prendre diverses formes, telles que : 

  • SCI
  • SICAV
  • Fonds professionnel de capital investissement

L’évaluation du logement en question peut constituer un second risque. Attention à ne pas surpayer le logement, il faut donc être vigilant lors de la fixation du prix de vente. Il est donc crucial de connaitre comme il se doit la valeur du bien et le prix auquel il sera vendu. De ce fait, l’évolution du prix de l’immobilier peut également être un troisième risque. Il est donc crucial d’avoir en tête tous ces critères.